Acromioplastie sous arthroscopie (Conflit sous acromial)

QU’EST-CE QUE C’EST ?

L’opération de l’acromioplastie est une opération qui consiste à enlever de votre épaule une épaisseur d’os entrainant une possible compression de vos tendons qui sont « enflammés ». C’est une pathologie complexe, et différents éléments peuvent être responsables de la douleur, ce qui motive votre consultation. Cette opération est pratiquée le plus souvent sous arthroscopie et peut être associée à une réparation de la coiffe des rotateurs. Dans la grande majorité des cas, cette lésion apparaît dans le cadre d’un vieillissement naturel de votre organisme, mais peut, chez certains patients, ne pas être toléré et être responsable d’un handicap. C’est après un échec du traitement médical que l’on propose une opération. Sous le terme d’acromioplastie, plusieurs gestes visant à faire disparaître vos douleurs d’épaule peuvent être associés : Bursectomie (ablation de votre inflammation de l’épaule), Ténotomie ou ténodèse d’une partie de votre biceps (la longue portion) souvent cause de douleurs, Résection de votre articulation acromio-claviculaire fréquemment arthrosique, Section du ligament acromio-claviculaire, qui va permettre de libérer de l’espace pour vos tendons.

AVANT LE TRAITEMENT

Un bilan complet est réalisé incluant des radiographies et, le cas échéant, une échographie, une IRM ou un arthroscanner permettant de confirmer le diagnostic et de prévoir la chirurgie.

Arthrose epaule

QUEL TRAITEMENT ?

La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale. Elle est réalisée sous arthroscopie, c’est à dire à l’aide d’une caméra vidéo et de petits instruments. Cependant, une chirurgie avec une incision plus importante peut être réalisée dans différents cas. L’opération consiste globalement à raboter la face inférieure de votre acromion, os surplombant les tendons de votre épaule et les
comprimant. On parle parfois de décompression. Plusieurs gestes sont souvent associés lors de la chirurgie : résection de la longue portion du biceps, résection de l’articulation acromio-claviculaire, Section du ligament acromio-claviculaire et bursectomie.

APRÈS L’INTERVENTION

Les suites opératoires peuvent être marquées par des douleurs importantes, sans qu’il soit possible, avant l’opération, de le prévoir. Votre membre sera immobilisé dans une attelle pour une durée de 30 jours, à but antalgique. La rééducation va être débutée dès le lendemain de l’intervention. Cette opération peut se déroule en hospitalisation de 24h. Pendant la période postopératoire votre autonomie va être diminuée. La mobilité de votre épaule sera bloquée, le temps que votre organisme cicatrise. Ces délais sont variables et sont donnés à titre indicatif. La surveillance ultérieure des pansements, la couverture anti-douleurs ainsi que les rendez-vous de contrôle vous seront donnés à 30 jours par le secrétariat du Dr Laporte.

COMPLICATIONS

Les complications postopératoires immédiates sont rares. Comme toute chirurgie, il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.
Il peut également survenir un trouble de cicatrisation cutanée. L’évolution est très souvent favorable avec la poursuite des pansements. L’infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.
L’algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois des années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.
La capsulite rétractile est une rétraction de la capsule de l’articulation entrainant une diminution de la mobilité passive et active de l’épaule. D’origine mal connue, elle récupère en un an environ mais peut parfois entrainer une raideur partielle séquellaire. Les lésions nerveuses sont exceptionnelles.

LES RÉSULTATS À ESPÉRER

Le but de cette chirurgie est d’améliorer la fonction globale de votre épaule en faisant disparaître les causes de la douleur et de restaurer une fonction la plus proche possible de la normale pour votre âge. Il est possible que des douleurs persistent malgré cette opération, car l’inflammation des tendons ne peut être retirée. Le temps vous permettra de guérir. Des douleurs climatiques ou positionnelles peuvent perdurer avec le temps, mais la grande majorité des douleurs préopératoires disparaissent progressivement.
Si un geste a été réalisé sur la longue portion de votre biceps car il était jugé responsable de douleur par votre chirurgien, il est possible que vous présentiez, immédiatement ou non, une chute de votre biceps appelé signe de Popeye. C’est une évolution connue, classique, sans conséquence fonctionnelle, et sans conséquences esthétiques sur votre bras.