Aponévrotomie au coude (Epicondylite ou Tennis Elbow)

QU’EST-CE QUE C’EST ?

C’est la technique chirurgicale utilisée pour la cure d’une épicondylite. Il s’agit d’une inflammation des tendons (tendinite) au bord externe du coude, parfois appelée « tennis elbow ». Ces tendons permettent l’extension du poignet et des doigts, ainsi que la rotation (supination) de l’avant-bras.
Celle-ci va entraîner des douleurs lors des prises de force, à la mobilisation des doigts et du coude, avec un retentissement fonctionnel important.

AVANT LE TRAITEMENT

Un bilan d’imagerie peut être demandé par votre chirurgien avec une échographie voire une IRM ou un électromyogramme, mais le diagnostic en demeure clinique.

QUEL TRAITEMENT ?

L’intervention chirurgicale est le plus souvent réalisée sous anesthésie générale. Le Dr Laporte effectue, par une incision au bord externe du coude, une désinsertion (aponévrotomie) et une libération des tendons épicondyliens externes afin d’aider à leur détente, et leur cicatrisation. Le tissu inflammatoire gênant la cicatrisation va être enlevé.

APRÈS L’INTERVENTION

L’hospitalisation est ambulatoire. La mobilisation des doigts et du poignet est immédiate. Une attelle transitoire peut vous être proposée. La surveillance ultérieure des pansements, la couverture anti-douleurs ainsi que les rendez-vous de contrôle vous seront donnés à 30 jours par le secrétariat du Dr Laporte.

COMPLICATIONS

Comme toute chirurgie il existe un risque d’hématome qui se résorbe habituellement tout seul, mais qui peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.
L’algodystrophie : phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris, elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.
L’infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.
Une atteinte nerveuse du nerf radial (pris dans un tissu fibreux cicatriciel ou exceptionnellement section de celui-ci) est exceptionnelle. Par contre une sensation moindre de la partie externe de l’avant-bras jusqu’au pouce peut survenir pendant une période transitoire.
La cicatrice peut rester gonflée et sensible pendant plusieurs semaines. Une raideur temporaire peut être observée, elle peut justifier une rééducation complémentaire, une diminution séquellaire de la mobilité du coude est plus rarement observée, fonction de l’état des tendons, de l’ancienneté de l’atteinte et d’autres facteurs imprévisibles.
La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

LES RÉSULTATS À ESPÉRER

Le but de cette chirurgie est d’améliorer la fonction globale de votre épaule en faisant disparaître les causes de la douleur et de restaurer une fonction la plus proche possible de la normale pour votre âge. Il est possible que des douleurs persistent malgré cette opération, car l’inflammation des tendons ne peut être retirée. Le temps vous permettra de guérir. Des douleurs climatiques ou positionnelles peuvent perdurer avec le temps, mais la grande majorité des douleurs préopératoires disparaissent progressivement.
Si un geste a été réalisé sur la longue portion de votre biceps car il était jugé responsable de douleur par votre chirurgien, il est possible que vous présentiez, immédiatement ou non, une chute de votre biceps appelé signe de Popeye. C’est une évolution connue, classique, sans conséquence fonctionnelle, et sans conséquences esthétiques sur votre bras.