Prise en charge médicale du sportif

Une consultation dédiée est nécessaire à la délivrance de certificats de non contre-indication à la pratique du sport, comprenant un bilan neurologique, cardiovasculaire incluant la réalisation d’un électrocardiogramme, si nécessaire, selon les recommandations de la société européenne de cardiologie, tous les 3 ans à partir de 12ans. Un bilan ostéo-articulaire et musculaire complet sera également réalisé e début de saison ou en cours afin de cibler également les éléments de prévention de blessures nécessaires.

Si besoin est, un bilan plus complet pourra être demandée (Scanner, épreuve d’effort, IRM cervicale…) selon le sport l’âge et le sport pratiqué.

  • « Infiltrations de corticoïdes »

Une infiltration de corticoïdes est l’injection, à l’aide d’une aiguille, de produits cortisoniques visant à soulager temporairement une douleur liée à une articulation ou l’inflammation d’une bourse à proximité d’un tendon, et ce afin de permettre une rééducation efficace et sans douleurs.

Cette infiltration peut se faire sans échographie ou guidée par l’échographie afin d’en augmenter la précision selon la zone du corps. Elle sera alors réalisée par un échographiste expert dans le domaine musculo-squelettique.

  • « Visco-induction »

La visco-induction, anciennement appelé viscosupplementation est l’injection, le plus souvent dans l’articulation, d’acide hyaluronique dans le contexte de lésions du cartilage précoce ou plus évoluée ( arthrose).

Cette molécule va entrainer une augmentation , dans l’articulation, de la présence de facteurs de régénération cellulaire.

De la même manière que les infiltrations, elle peut se faire sans ou avec un écho-guidage, selon la localisation.

Un repos de 48h est préconisé en suivant.

  • « Plasma enrichi en plaquettes »

Le plasma enrichi en plaquettes est un traitement de plus en plus présent en traumatologie du sport dans certaines atteinte du cartilage ou des tendinopathies selon des indications précises qui seront orientés par le médecin du sport.

Il s’agit de sang autologue (provenant du patient lui-même) que l’on prélève sur vous à l’aide d’une prise de sang simple quelques minutes avant, et dont on ne conserve qu’une partie riche en plaquettes à l’aide d’une centrifugeuse et que l’on réinjecte dans la zone concernée.

Cette injection pourra être réalisée la plupart du temps sous écho-guidage par un échographiste spécialisée. Un antalgique vos sera donné quelques minutes avant la prise de sang.

Il faudra le plus souvent respecter un repos de 48h en suivant et une reprise des activités sportives seulement après 10 à 15 jours.

Ce traitement va toujours de pair avec une rééducation bien menée.

La mésothérapie est une technique d’injections de différents produits ( anti-inflammatoires, anesthésiants, anti-œdémateux….) de manière très superficielle à l’aide de toutes petites aiguilles, juste sous la peau, de quelques nanomètres à quelques millimètres sous elle.

Ceci a pour but de contrôler une douleur rebelle dans certaines indications précises afin d’aider à la guérison et à la rééducation nécessaire, de la même manière que les infiltrations de corticoïdes.

Un bilan iso cinétique est un bilan musculaire complet et très précis réalisé à l’aide d’un dynamomètre. Ce bilan vise à mettre en avant des déficits présents ou à faire un état musculaire précis au cours d’une rééducation d’une épaule par exemple ou après une chirurgie du ligament croisé antérieur.

Le syndrome de loge est une pathologie qui peut se présenter de manière aiguë lorsque les structures musculaires, vaisseaux sanguins et nerfs, situés dans des « loges » sont comprimés (plâtre, accident de la route…), c’est une urgence et n’est pas de notre ressort ici.

Cela peut également se présenter de manière insidieuse et chronique, ce qui est une pathologie alors différente dans laquelle intervient le médecin du sport.

En effet, ces loges contiennent les structures évoquées plus haut, et lors d’activités physiques, il peut y avoir un problème d’adaptation entre le contenu de ces loges qui peuvent devenir inflammatoire suite à une activité physique intense et/ou inadaptée et/ou un équipement inadapté, et donc crée un œdème. Le contenant peut être atteint aussi et comprimer ces loges. Dans les 2 cas cette compression entraine des douleurs à type de crampes ou de tensions.

Le plus fréquent syndrome des loges est au niveau des jambes et parfois la plante des pieds ou les avant-bras chez certains cyclistes et motards.

Il existe alors une manière simple de le détecter : la mesure des pressions intramusculaires que votre médecin pourra vous prescrire.

Cette mesure se fait à l’aide d’une petite aiguille que l’on implante dans la loge après un petit exercice physique et dont le résultat est immédiat. Ce geste cause une douleur modérée en regard du site.

En cas de positivité, le traitement peut-être médical avec une adaptation de l’activité ou des équipements ou souvent chirurgical avec une petite intervention simple et courte sous anesthésie visant à « ouvrir » légèrement l’aponévrose du muscle pour libérer cette tension.